DRAMA/SERIES AMERICAINES

How To Get Away With Murder | Saison 1: la déception!

How To Get Away With Murder est la nouvelle série de la rentrée 2014 que beaucoup de sériephiles attendaient avec impatience. Et pour cause! Le show est une production estampillée Shondaland (Grey’s Anatomy, Scandal) et son créateur Peter Nowalk un disciple de Shonda Rhimes. Mais la saison 1 arrivant bientôt à sa fin et malgré son succès d’audience, le bilan est pour moi assez décevant. Explications…


Bienvenue dans le cours de droit de l’avocate Annalise Keating à la Law School de Middleton University. Chaque année, Annalise recrute parmi ses étudiants des stagiaires qui viendront l’épauler dans les affaires qu’elle défend. L’ennui c’est que l’une de ces affaires va concerner de près l’avocate et entraîner le groupe dans une spirale infernale.

how to get away with murder saison 1

Le cast de HTGAWM avec Viola Davis au premier plan | Crédit image: ABC.

Pourquoi la série fonctionne… et me déplaît

La narration

Deux temps de narration s’entremêlent et s’emboîtent au fil des épisodes de la saison 1. Le téléspectateur récupère au fur et à mesure les morceaux d’un puzzle. C’est bien là tout le secret de la réussite (niveau audience) de cette série: la reconstitution des événements tient en haleine. Une fois répondue, la question « Qui a été tué? » cède à « Qui a tué [bip]? ». Mais les rebondissements et les paris qui naissent autour du/des meurtre(s) ne sont pas suffisants à mon goût pour faire d’How To Get Away With Murder une bonne série. Les intrigues secondaires et procédurales sont peu prenantes, plutôt là pour meubler et faire languir le téléspectateur, quitte à le perdre en route.

Jusqu’au Winter Finale (9ème épisode) le schéma en compte à rebours participe efficacement à la mécanique de la série. Maintenant que les temps narratifs ont convergé, reste à voir si les 4 derniers épisodes auront le même piment.

Les personnages antipathiques

C’est suffisamment rare pour être souligné mais je n’ai de sympathie à l’égard d’aucun des personnages de cette série. Le nombre important d’étudiants (5) et les situations qu’ils jouent jusqu’à maintenant ne permettent pas de réellement les cerner. La représentation limitée que l’on a de certains ne plaide pas en leur faveur. Asher, par exemple, est le gros lourd qui ne fait rire que lui. Son teint pâle et ses yeux ternes lui donnent en plus une allure fantomatique inutilement perturbante. Qu’est-ce qu’il apporte vraiment au show? Pas grand chose, à part son rôle périphérique dans l’intrigue de la soirée du meurtre. Quant à Annalise Keating, Viola Davis ne me touche absolument pas dans ce rôle. A aucun moment ses faiblesses et mises à nu n’auront déclenché la moindre empathie en moi. Elle ne me convainc pas non plus dans ses bottes d’avocate. Peut-être est-ce dû au manque d’éthique et au côté sombre de son personnage…

L’ambiance malsaine

Certes, on baigne dans des meurtres. Certes, tous les protagonistes de la série ou presque sont impliqués. Mais il transpire en plus une ambiance malsaine dans cette série. Décor sombre, adversité incessante entre les personnages, emprise diabolique d’Annalise sur le groupe, ententes illégales tacites à répétition… Peter Nowalk a créé avec succès un univers des plus austères pour servir son intrigue. Avec succès, mais trop d’excès! J’aimerais au moins qu’on allume un peu la lumière pour que le décor ressemble moins à celui des Feux de l’amour.

Les curiosités du casting de la saison 1

HTGAWM avait réalisé un bon coup marketing en ayant Viola Davis en tête d’affiche et assurait au téléspectateur une certaine qualité de jeu. Pour ma part, j’étais curieuse de voir la prestation de Matt McGory (Asher) qui joue John Bennet dans Orange is the New Black. J’ai été amusée de découvrir un autre membre du staff d’OITNB, la directrice de la prison:  Alysia Reiner (Ms Sparks). Mais le plaisir fut surtout de revoir le temps d’un épisode Elizabeth Perkins (Mrs Trudeau) qui était géniale dans Weeds et dont la prestation est réussie! A noter enfin la présence d’Alfred Enoch (Wes) vu dans Harry Potter et le nouveau look de Lisa Weil (Bonny), ex- Gilmore Girls (Paris), et ex-Scandal (Amanda dans la saison 1).


Tout comme Scandal avant elle, HTGAWM débute avec une première saison courte. Espérons que celle-ci ne soit qu’une mise en bouche et l’aperçu d’une série dont le potentiel est encore insaisissable. Avec un tel nom, How To Get Away With Murder devrait nous promettre de nouvelles leçons sur le crime parfait. Mais si la magie continue à ne pas prendre, je ne serai peut-être plus du rendez-vous. To be continued…

Partagez-vous mon ressenti et mon avis sur les débuts d’How To Get Away With Murder?

Publicités

Une réflexion sur “How To Get Away With Murder | Saison 1: la déception!

  1. Pingback: The Affair | Saison 1: les prémices d’une liaison dangereuse | Les Tagueurs de Séries

Réagissez

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s